La gazette N°3 – Tournée de Marc St-Germain

La Gazette N°3 – 27 Octobre au 02 Novembre 2014

Nous y sommes presque, le compte à rebours est maintenant actif. La tournée de Marc St-Germain en France est attendue pour début Novembre. C’est donc avec plaisir que nos repas ufologiques auront la chance de recevoir le très sérieux ufologique Québécois qui nous fera partagé ses connaissances en ufologie et nous présentera son nouvelle ouvrage : Les gardiens du silence. C’est pourquoi nous avons décidé de consacrer le numéro de la Gazette exclusivement à la tournée de Marc, en vous présentant le personnage dans les moindres détails, et ainsi vous mettre l’eau à la bouche en attendant les soirées ufologiques. Nous avons donc concocté un entretien exclusif pour vous permettre de connaître Marc dans les moindres détails.

Retrouvez tout le programme de Marc en visionnant l’affiche de la tournée !

Les repas ufologiques : Bonjour Marc, qui es-tu dans la vie ?

Marc St-Germain – Question courte et simple, mais dont la réponse ne peut l’être…Disons qu’à la base j’ai l’âme entrepreneuriale, dans le sens où je performe mieux quand c’est moi qui prend les décisions. L’armée a ainsi été pour moi un bon point de départ (même si ça peut paraître contradictoire) car il s’agissait d’un environnement où l’on me laissait beaucoup de latitude de mouvement en raison de mon leadership. Et mes supérieurs me laissaient même parfois aller à l’encontre de leurs directives sans me punir, car j’ai toujours assumé la conséquence de mes actes… Avec le temps ils ont appris à faire confiance en mon jugement, chose qui a été utile tout au long de ma carrière. C’est un peu pour cette raison que j’ai presque toujours eu des responsabilités dépassant mon grade lorsque j’étais dans l’armée. Cette situation était due en partie aux coupures budgétaires qu’il y a eu au Canada au sein des organismes gouvernementaux au début des années 90, toutes les promotions ont été suspendues pendant plusieurs années… Étant de nature assez ambitieuse, cela me frustrait de ne pas avoir le grade que je méritais malgré mes états de service. J’ai donc décidé de sortir de l’armée et de démarrer une entreprise dans le civil. J’ai choisi la construction et j’ai fait ça jusqu’en 2010. C’est à ce moment que je suis retourné sur les bancs d’école et que j’ai entrepris et réussi un Bac en sciences à l’université. J’ai bien aimé ce petit détour, mais comme il faut travailler pour gagner sa croûte je suis retourné dans le domaine de la construction depuis peu. Cette fois-ci à titre de gérant de projets dans une entreprise en construction de la région.

2 – Parle-nous de ta passion pour l’ufologie, comment es-tu tombé dans la marmite ?

Même si j’ai moi-même fait quelques observations de nature ufologique, celles-ci n’ont pas été très spectaculaires… Ce n’est donc pas ce que j’ai vu qui m’a amené à m’intéresser à ce point aux ovnis. C’est plutôt comment les gens en général réagissent lorsque la question des ovnis est abordée… Je suis reconnu ici pour être quelqu’un de rationnel, mais aussi de très ouvert d’esprit. Ceci fait en sorte que plusieurs personnes m’ont approché pour me raconter leurs observations alors que je n’étais pas encore ufologue déclaré ! Ces multiples observations, dont certains étaient de nature rapprochée, m’ont rapidement fait voir une réalité sous-jacente à celle présentée par les mass médias. Une réalité où des vaisseaux aux prouesses technologiques extraordinaires sont vus par d’innombrables témoins, mais qui décident de garder le silence en raison du tabou qu’ils représentent. Les gens ne veulent pas être pris pour fou et préfèrent se taire. Pour ma part, je connais personnellement plusieurs témoins ayant eu des rencontres rapprochées du 1er au 4e type et je suis convaincu qu’ils sont honnêtes et sains d’esprit. C’est ce qui m’a mis la puce à l’oreille concernant l’existence d’une structure tentaculaire intégrée dans notre système dont le but est de maintenir le secret sur cette réalité extraterrestre qui nous entoure.

3 – Tu te prépares à une tournée française. Parles-nous en un peu

C’est quelque chose que je prépare depuis longtemps, depuis plus de deux ans… Il s’agit donc pour moi d’un accomplissement majeur dans ma vie. À priori, je voulais couvrir plus de territoire et faire une tournée d’un mois, mais après réflexion j’ai décidé d’écourter celle-ci à deux semaines. La raison est que quand tu donnes des conférences, tu te trouves dans un état d’excitation et de fébrilité extrême. Mais même si ce sont des émotions positives, cela épuise le système nerveux qui n’est pas habitué à gérer cette intensité de façon continue. Je me suis dit qu’il valait mieux faire seulement 2 semaines quitte à revenir quelques mois plus tard pour une 2e tournée.

Quant à la tournée en elle-même, il s’agit de présenter le fruit de mes recherches des trois
dernières années sur le phénomène ovni et l’implication du gouvernement dans la censure qui l’entoure. Les gens doivent comprendre les fondements de cette censure s’ils veulent comprendre la situation actuelle. Bien entendu il ne s’agit que d’une théorie, mais celle-ci est basée sur de nombreux faits qui sont exposés dans mon livre. Ma présentation est de type PowerPoint, elle est donc riche visuellement ceci la rend encore plus intéressante. Pour les personnes ayant besoin de « voir » pour croire, celles-ci seront donc servies. Je ferai donc le tour complet de la France en partant de Paris et visiterai 8 villes en tout. Paris, Strasbourg, Grenoble, Montpellier, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Brest.

4 – Pourquoi avoir choisit 5 étapes de ta tournée dans l’association « les repas ufologiques » (Strasbourg, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Brest) ? Que penses-tu de notre association ?

J’entretien de bonnes relations avec Christian Comtesse, le président de l’association, depuis le début de sa nomination. Lorsque j’ai commencé à regarder pour ma tournée, j’ai identifié les villes où il y avait des repas ufologiques actifs. C’est donc en partie grâce aux relations que j’entretenais avec Christian Comtesse et parce qu’il y avait de nombreux repas actifs que j’en suis venu à les choisir. Le fait de choisir des repas ufologiques pour ma tournée de présentations vient également de ma propre expérience ici au Québec où j’ai toujours été très bien accueilli lors des soupers de l’Association Québécoise d’Ufologie. Je sais que présentement (comme depuis quelques années) qu’il y a des tensions entre votre association et quelques autres et ceci est malheureux. Nous vivons sensiblement la même chose au Québec, mais au printemps dernier l’ufologue Richard Glenn a mis sur pied un congrès ufologique à Montréal où toutes les associations ufologiques de la province ont été invitées. Toutes ne sont pas venues, mais l’idée de créer un espace « neutre » où l’ensemble des associations du Québec pouvait se rassembler sous un même toit malgré leurs divergences d’opinions était un événement extraordinaire en soi. Je crois que l’on aurait avantage à se concentrer sur ce qui nous unit et non pas sur ce qui nous divise. Je sais qu’en dépit de ces belles idées que tout n’est pas aussi simple, car moi-même je ne partage pas le modus operandi de certaines associations ufologiques, mais j’essaie de me concentrer sur mon travail et non pas sur les mauvais coups des autres. D’une certaine façon, on dirait que l’association « Les Repas Ufologiques » ont décidé d’aller de l’avant malgré les attaques qu’elle subit et c’est la chose sensée à faire.

5 – Tu viens de sortir un nouvel ouvrage, peux-tu nous le présenter ?

Comme je l’ai dit précédemment, il s’agit du fruit de plus de 3 années de recherche documentaire et d’enquête de terrain. L’ébauche de ce livre m’est venue des informations obtenues de documents déclassifiés ou « exfiltrés ». Même si la plupart d’entre eux datent des années quarante et cinquante, ceux-ci permettent de voir clairement la mise en place d’une structure visant à garder secrète la réalité ovni et extraterrestre. Il est possible également de s’imprégner du contexte de l’époque pour comprendre ce qui a motivé ces personnes à agir de la sorte. Le titre Les Gardiens du Silence est une excellente représentation de cette situation. Ayant lu moi-même de nombreux ouvrages sur le sujet, je ne voulais pas d’un livre essentiellement descriptif sans lien entre les personnages et les événements. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un roman, j’ai tenté de l’écrire de façon à ce que le lecteur « vive » ces événements comme ils se sont réellement produits. Ce livre a été publié au Québec au printemps dernier et les commentaires que j’en ai eus jusqu’à présent me disent que ma mission est accomplie. L’édition française sera toutefois quelque peu différente de celle du Québec. Après la révision de la version revue par Pierre Mazé, éditeur de chez Nouvelle Terre, je peux vous garantir qu’il s’agit d’un « upgrade ». Nous avons réussi également à avoir une préface du Dr Robert Wood, lequel est une sommité non seulement dans le domaine des archives documentaires ufologiques, mais aussi dans le domaine de l’aérospatiale. Ses propos vis-à-vis de mon livre viennent rajouter un sérieux et une crédibilité inespérée.

6 – A titre personnel, comment abordes-tu l’ufologie ?

J’aborde l’ufologie comme une réalité parallèle, dans le sens où j’ai une vie professionnelle dans laquelle j’accepte de jouer le jeu du monde « normal », mais quand les gens veulent parler à « l’ufologue » alors là c’est un autre discours, une autre vision que je propose. Il arrive parfois que mes patrons me posent des questions sur le sujet, car même si au travail je suis un « gérant de projets » avant tout, le fait d’être passé à plusieurs reprises dans le journal local en tant qu’ufologue amène les gens à me percevoir de la sorte. J’aborde donc l’ufologie selon ce que les gens sont prêts à accepter. J’ai appris à m’adapter à la capacité d’acceptation des gens vis-à-vis du phénomène. Je n’impose rien, ni ne provoque des conversations sur le sujet. J’attends simplement que les gens m’en parlent. Ceci étant dit, ma perception du phénomène est que nous sommes visités depuis des éons par des civilisations avancées d’un point de vue technologique et qu’un groupe élitiste humain se plaçant au-dessus des lois et des gouvernements profite de ces technologies pour maintenir notre civilisation dans la servitude. Il y a donc des ovnis qui sont bel et bien extraterrestres, mais il y en a également quelques-uns qui sont de chez nous. Maintenant la question à savoir si les extraterrestres sont bienveillants ou malveillants, je dirais que tout comme dans notre société il y a des bons et des méchants. Ça peut paraître simpliste, mais mes recherches ainsi que celles de beaucoup d’autres orientent dans cette direction.

7 – Quelle est ta vision de l’ufologie française?

Je crois qu’en France plus qu’ailleurs qu’il est difficile d’avoir une idée éclairée de ce qui se passe vraiment à propos du phénomène ovnis. La raison étant que la structure de contrôle et de désinformation provient des États-Unis. Donc, l’ensemble de l’information de première main provient de textes, de témoignages et de documents de langue anglaise et très peu de Français comprennent l’anglais. Cette lacune fait qu’il est facile de berner une population qui n’a pas accès aux deux côtés de la médaille en termes d’information. Vous êtes plus susceptible que d’autres à subir de la désinformation. Heureusement, vous avez Jean-Gabriel Greslé et Gildas Bourdais qui envers et contre tous arrivent à sortir leur épingle du jeu en fournissant de bonnes informations quant à l’implication des Américains dans cette censure. La lecture du Rapport Cometa m’a également grandement impressionné de par la justesse de ses propos et de son objectivité. Il semble que les membres du GEIPAN aient oublié de le lire…

8 – Que souhaiterais-tu dire aux lecteurs pour leur donner envie de venir dans une soirée organisée pour ta tournée ?

Je peux leur dire qu’ils ne seront pas déçus d’assister à l’une de ces présentations, car ce n’est pas tous les jours qu’un enquêteur-ufologue du Québec ayant travaillé pendant plus de trois ans à décortiquer l’énigme des ovnis vient chez eux pour leur partager des informations qu’ils n’auront pas nulle par ailleurs (ni même sur le net). Ma venue en France semble être le début d’une longue tournée, car j’ai été approché il y a quelques jours pour faire une présentation (en anglais) à Toronto lors de mon retour. Si des gens du côté anglophone s’intéressent à ce livre alors qu’il n’est pas encore traduit, ceci peut supposer que son contenu est inédit, et ce, même pour la communauté ufologique canadienne et américaine.

9 – Un mot pour la fin ?

Je tiens à te remercier Alexis pour m’avoir donné l’opportunité d’exprimer mes points de vue sur ce sujet qui me passionne ainsi que pour la promotion que tu fais pour ma venue. J’ai bien hâte de rencontrer en chair et en os toutes ces personnes avec lesquelles j’ai eu de nombreux échanges par courriel ou via facebook. Je crois que cette tournée sera profitable autant pour moi, que pour votre asso et ses membres.

À très bientôt…!

Marc Saint-Germain
Québec, 25 octobre 2014

Publicités
Cet article a été publié dans [La Gazette des repas]. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s